Lybie, Syrie, Yémen, Bahreïn… Solidarité !

Publié le par PCF 67

Le Parti Communiste Français exprime toute sa solidarité avec les peuples arabes et en particulier avec le peuple libyen, peuples mus par un souffle de libération, aussi profond que légitime.

Cette solidarité va de pair avec notre critique de l’intervention militaire en Libye qui a déjà fait des victimes civiles. Cette offensive militaire est également vivement critiquée par les peuples de cette région qui rejettent à la fois la dictature de Kadhafi et cette expression de l’impérialisme occidental.

Nous dénonçons la politique de deux poids deux mesures menée  par le gouvernement Sarkozy dans cette région, en matière de droit d’ingérence. Immobilisme lors du soulèvement du peuple tunisien, silence face à la violente répression du mouvement populaire au Bahreïn ou face au massacre de la population civile au Yémen… Pourquoi n’y a-t-il eu d’interdiction de l’espace aérien pour protéger la population civile de Gaza de l’aviation israélienne ?...

Nous sommes intransigeants sur la condamnation du régime Libyen qui réprime son peuple, et nous jugeons à cet égard légitimes les sanctions votées par l’ONU contre le régime. En revanche, nous condamnons les frappes militaires sur la Libye à laquelle la France participe, soutenue par la majorité des forces politiques françaises, avec un entrain qui frise l’indécence.

Faire respecter une zone d’exclusion aérienne n’impose nullement d’avoir recours à des frappes chirurgicales, avec les risques d’escalade que nous avons connus en Irak. A quel moment pourrait-on dire que l’objectif de la résolution 1973 sera atteint ? Nous souhaitons vivement que le peuple libyen ne soit pas conduit à regretter le régime Kadhafi.

Le Parti Communiste ne peut cautionner une offensive militaire qui viserait à faire main basse sur le pétrole libyen en instrumentalisant son peuple, et peut-être en favorisant la scission du pays. Les députés communistes et républicains font aujourd’hui preuve d’un grand courage politique en refusant de mêler leur voix à l’unanimisme béat et aveugle qui rassemble,  autour du Président Sarkozy et de l’entrée en guerre de la France.  

Jamais des bombardements n’ont permis d’installer la démocratie ou de pacifier un pays !

Il faut stopper cette logique de guerre  qui, au motif d’une aide bien tardive aux aspirations des peuples, aurait tous les stigmates d’une guerre occidentale dans la région !


Strasbourg le 26 mars 2011

Publié dans Un monde de PAIX

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article