Lutte contre la ratification du traité européen

Publié le par PCF 67

Alsace du nord Un collectif se mobilise Une pétition contre le traité européen par Geneviève Lecointre, publié DNA le 02/09/2012
Des membres d’organisations politiques et syndicales de gauche d’Alsace du Nord ont monté un collectif contre la ratification par voie parlementaire du traité européen. PHOTO DNA – F. K.

Des membres d’organisations politiques et syndicales de gauche d’Alsace du Nord ont monté un collectif contre la ratification par voie parlementaire du traité européen. PHOTO DNA – F. K.

1 / 7
  • Des membres d’organisations politiques et syndicales de gauche d’Alsace du Nord ont monté un collectif contre la ratification par voie parlementaire du traité européen. PHOTO DNA – F. K.

Un collectif d’Alsace du Nord se mobilise contre la ratification du traité européen qui constituerait « une perte de souveraineté pour notre pays au profit de l’Union européenne ». Pour faire entendre leurs arguments, ils ont adressé une lettre ouverte aux députés Claude Sturni, Frédéric Reiss et Patrick Hetzel et lancent une pétition pour demander un référendum.

Sur le panneau, qu’ils présentent devant eux, les membres du collectif ont inscrit en lettres rouges « Ne ratifiez pas le TSCG » pour Traité sur la stabilité, la coordination et la gouvernance.

En juillet, le conseil constitutionnel a autorisé le gouvernement à soumettre au vote des parlementaires l’adoption de ce traité qui contient, entre autres, la fameuse règle d’or budgétaire souhaitée par l’Union européenne (lire ci-contre).

Pour Jean-Marc Claus, membre du collectif et candidat du Front de gauche aux dernières législatives dans la 9 e circonscription du Bas-Rhin, cela pose tout d’abord « un problème de démocratie » : « Nous avons relu la profession de foi des députés des 7 e, 8 e et 9 e circonscriptions du Bas-Rhin, Patrick Hetzel, Frédéric Reiss et Claude Sturni, à aucun moment ils ne se positionnent sur le sujet. Donc nos députés ne sont pas légitimes à nous représenter. Les électeurs ne leur ont pas donné pouvoir pour trancher cette question en leur nom. »

54,6 % de non en 2005

Eux préfèrent le suffrage universel et demandent l’organisation d’un référendum. « Si une majorité de Français donne son accord, nous respecterons le choix du peuple », assure Jean-Michel Delaye, candidat du Parti ouvrier indépendant aux dernières législatives dans la 9 e circonscription. Mais ils en doutent. « Ce nouveau traité reprend et aggrave l’intégralité du précédent traité européen contre lequel 54,6 % des citoyens avaient voté en 2005 » — le « non » était sorti en tête dans les cantons de Niederbronn-les-Bains, Bischwiller et Woerth alors que le « oui » l’avait emporté à Haguenau et Bischwiller.

Outre le problème de forme, le collectif redoute aussi les conséquences de l’adoption du traité européen : « Nos élus n’auront plus le pouvoir de prendre les décisions concernant le budget de la nation. C’est un retour à une forme de monarchie administrative et financière », dénonce Lucette Hohmann, militante CGT.

Pour assurer l’équilibre financier prévu dans la règle d’or, « il faudra que le gouvernement comble le déficit budgétaire de l’État qui s’élève à 80 milliards d’euros. À votre avis, où vont-ils prendre l’argent ? Dans nos poches évidemment, en augmentant les impôts, en baissant les salaires des fonctionnaires et les pensions de retraite et en privatisant la Sécurité sociale et les services publics », craint Jean-Michel Delaye. « Plus vous serez modeste dans la société, plus vous paierez en proportion de vos revenus », ajoute Serge Bloch, membre du Parti ouvrier indépendant en s’appuyant sur « ce qui se passe en Grèce au Portugal, en Italie, aux Pays-Bas… »

Le collectif nord alsacien ne s’oppose pas à la construction européenne « mais on veut l’Europe des peuples, de la solidarité et pas celle des financiers », insiste Lucette Hohmann. À travers la pétition qu’ils viennent de lancer, ils veulent « informer et mobiliser la population ». L’encourager à se donner les moyens de se faire une opinion.

Les signatures sont collectées par Mario et Zoorah Spera, 3 rue des Papillons 67500 Haguenau ou sur le site www.front-de-gauche-haguenau.com ou sur Facebook : « collectif front de gauche 67.09 ».

Publié dans LUTTEZ

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article