Les candidats Fronts de Gauche en campagne

Publié le par PCF 67

  Le Front de Gauche de Strasbourg à l'assemblée nationale!


  Merci pour ta vidéo ZAKAKAB

7ème circonscription : Le Front de gauche et le harcèlement sexuel

Suite à l’abrogation par le conseil constitutionnel de la loi sur le harcèlement sexuel, Bénédicte Herrgott, candidate du Front de gauche, dénonce « une atteinte au droit des femmes ». « Nous veillerons à ce qu’une nouvelle loi sur le harcèlement sexuel soit rapidement rédigée et votée au Parlement », précise-t-elle, ajoutant : « Faire respecter l’égalité, c’est prendre le risque de donner plus aux femmes : est-ce cela qui dérange les hommes actuellement au pouvoir ? » La candidate et son suppléant Hervé Thérouse annoncent la tenue d’une réunion publique aujourd’hui vendredi 11 mai à 20h au restaurant Aux comtes de Hanau à Ingwiller.

 Photo bénédicte

9ème circonscription : assemblée citoyenne

Une vingtaine de militants du Front de gauche était réunie mercredi soir pour l’ouverture de la campagne portée par Jean-Marc Claus, candidat dans la 9 e circonscription du Bas-Rhin soutenu par Steve Kalisch, son suppléant.

Haguenau.jpg

Bas du formulaire

« Nicolas Sarkozy battu, nous pouvons enfin tourner la page ! » La phrase, en grosses lettres sur le nouveau tract du Front de gauche (FG) local, résonne comme un cri de soulagement. « Nous pouvons être fiers de cette victoire. 80 % des électeurs du FG ont voté Hollande au deuxième tour, sans négociation ni contrepartie, démarre Jacky, un militant de longue date. Dans la circonscription, nous avons recueilli 5,78 % des suffrages, soit 1/10 e des voix obtenues dans le département alors que le pronostic de départ pour le FG était de 5 %. Aujourd’hui, la phase essentielle du combat, c’est la bataille des législatives ».

« Tout reste encore à faire »

« Tout reste encore à faire. Nous voulons aussi être acteurs de cette nouvelle page », rebondit Jean-Marc Claus, candidat aux législatives dans la 9 e circonscription du Bas-Rhin (cantons de Bischwiller, Brumath et Haguenau).

Après deux assemblées « spécial présidentielle », les partisans du FG ont décidé de se « mettre en mouvement » pour les législatives. Hier, ils étaient une vingtaine à avoir investi les locaux de l’amicale espagnole, rue des Moutons, à Haguenau. Tout un symbole : « C’est ici que s’étaient réfugiés les Espagnols qui ont fui le franquisme en 1936 », rappelle en souriant le candidat.

Entre les coupes remportées par l’équipe de football locale, de grandes affiches rouges et blanches donnent le ton. Sur les tables, des piles de tracts qui seront distribués sur le marché de Haguenau ce matin et des exemplaires du livre-programme sous-titré L’humain d’abord.

Des mots qui « parlent » à Jean-Marc Claus, infirmier en psychiatrie depuis plus de 20 ans à l’Epsan de Brumath « par choix, parce que la dimension humaine passe avant tout ».

Attaché depuis toujours aux « valeurs de gauche », adhérent au Parti communiste depuis 2008, il milite aujourd’hui sous les couleurs du Front de gauche « pour permettre aux électeurs d’être représentés et de s’exprimer. Que ceux qui ont voté utile au 1 er tour puissent le faire aux législatives ». S’il se lance pour la première fois dans la course aux législatives (aucun candidat ne s’était présenté en 2007), c’est bien pour « représenter les valeurs véhiculées par le FG ». D’autant qu’« un profond désir de changement a émergé de cette campagne présidentielle, une nouvelle dynamique s’est installée », appuie-t-il. Un signe fort. « Les gens sont en attente d’une politique de gauche qui met l’humain avant la finance, la vie avant le profit ».

Exister

Très vite, le bilan de la présidentielle cède la place à des échanges nourris autour des enjeux de la campagne : cadeaux fiscaux, lutte contre les inégalités sociales – « Un thème qui a suscité l’adhésion et qui doit revenir sur le devant de la scène », fait remarquer un militant – mais aussi démocratie, pouvoir d’achat, justice sociale et salariale. « Le S mic à 1 700 euros (l’une des mesures phares du programme de Jean-Luc Mélenchon, NDLR) est non négociable, c’est le seul moyen pour retrouver une condition de vie décente, relancer la consommation et l’économie dans le pays », estime un autre militant.

En attendant ce « troisième tour social », la résistance s’organise, en coulisse et sur le terrain : assemblées, tractage, porte à porte, collage d’affiches… rythmeront ce mois de campagne. « Quels que soient les résultats du scrutin, le plus important, c’est d’exister, de montrer que tout ne se passe pas place Stalingrad et à Bastille, mais aussi à Haguenau, sur le terrain, au plus près des gens. »

 

vendredi 11 mai 2012

2ème circonscription : Antoine Splet
20120418_1bis.jpg

http://2.bp.blogspot.com/-fMSX5oEuXyY/T60HEn3F24I/AAAAAAAAAHI/miNEgeu6Zqo/s1600/11052012077.jpg 

Vu ce matin, à la Meinau, Avenue de Normandie.

Décidément, les grands groupes veulent tuer la vie dans nos quartiers sud et Illkirch : Fermeture de la manufacture des tabacs, de Delphi, Menaces sur GM et Stracel. Et maintenant, après le mutant, c'est au tour de la COOP de la Meinau... Il est temps que ça change pour de bon !


Avec Antoine SPLET(PCF), le 10 Juin, soyons fiers de nos quartiers, avec le vote Front de Gauche

 

Jean-Luc Mélenchon (Front de gauche) qui doit officiellement se décider samedi sur son choix aux législatives, a parlé vendredi d’une «bataille homérique» face à Marine Le Pen s’il se présentait face à elle à Hénin-Beaumont pour le scrutin des 10 et 17 juin.

 http://reveil-fm.com/images/Elie01/Elie2/Elie3/jpg_mc3a9lenchon-h-20-1186401-1209310492.jpg

Bas du formulaire

Parmi les possibles points de chute figurent également Paris, le Val-de-Marne, l’Hérault, Marseille, mais Hénin-Beaumont semble désormais en pole position. Une réunion des militants locaux doit se tenir vendredi en fin d’après-midi pour donner leur accord ou pas à son atterrissage dans la 11e circonscription du Pas-de-Calais.

L’ex-candidat à l’Elysée (11,1%), interrogé sur France Inter vendredi a d’ailleurs affirmé : «ça va être une bataille homérique en quelque sorte avec une symbolique extrêmement puissante puisque c’est le berceau du mouvement ouvrier français et que c’est en même temps l’endroit où Mme Le Pen, par bravade, a décidé d’aller s’installer» alors qu’"elle habite le château de Montretout (Hauts-de-Seine), elle n’est pas du tout du Pas-de-Calais!».

«D’accord, elle fait un score fort», a reconnu le député européen, «mais elle ne profite que d’une chose : l’état de délabrement de la gauche socialiste là-bas» puisque «la fédération est mise sur tutelle» avec un «paquet d’intrigues et de difficultés de toutes sortes sur lesquelles je me garderai bien de me prononcer».

Pour M. Mélenchon, «les gens de gauche en ont un peu marre d’être pris en tenaille entre soit le Front national soit des socialistes qui se querellent entre eux et qui sont assez largement discrédités, il y a là un beau symbole».

Marine Le Pen, la présidente du FN, interrogée vendredi sur la possible perspective de se voir défier par Jean-Luc Mélenchon à Hénin-Beaumont, y a vu un souci «pas très glorieux de courir après les caméras», tout en affirmant qu’un éventuel «parachutage» ne la «dérange pas».

Au 1er tour de la présidentielle, Marine Le Pen, qui été conseillère municipale d’Hénin-Beaumont de 2008 à 2011, est arrivée en tête dans cette circonscription avec 31,42% des voix, devant François Hollande (28,75%), Nicolas Sarkozy (15,79%) et Jean-Luc Mélenchon (14,85%).

Publié dans 2012

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article