Huit millions de Français n'ont pas les moyens de se chauffer

Publié le par PCF 67

"Huit millions de personnes souffrent du froid parce qu'elles n'ont pas les moyens de chauffer leur logement": la campagne d'hiver de la Fondation Abbé Pierre alerte cette année sur la "précarité énergétique", en réclamant "une action massive" des pouvoirs publics.

 

http://www.humanite.fr/sites/default/files/imagecache/home-580x250/abbepierre.jpg

 

A l'occasion du lancement de sa campagne d'affichage hivernale, jusqu'au 14 décembre, la Fondation réclame la création d’"un bouclier énergétique capable d’assurer à tous une capacité minimum à se chauffer". "En France, aujourd'hui, 3,8 millions de ménages souffrent de précarité énergétique, soit un ménage sur six, correspondant à 8 millions de personnes. Des personnes qui ne peuvent se chauffer et s’éclairer normalement, et parfois qui ne peuvent se chauffer du tout", explique-t-elle dans un communiqué. Parmi elles, "les ménages modestes vivant dans des maisons individuelles", dont "plus d'un million de propriétaires occupants", selon l'édition 2011 du rapport de la fondation sur le mal-logement.

La "précarité énergétique" n'a cessé de se développer ces dernières années. En cause: des loyers "qui ont bondi de 50% en 10 ans" et une "hausse dramatique des charges (gaz, électricité, fuel)". "Alors que l’hiver arrive, un tel phénomène n’est tout simplement pas acceptable et doit faire l’objet de toute l’attention des pouvoirs publics. Et d’une action massive et concrète. Sans attendre", plaide la Fondation Abbé Pierre. "Les mesures actuelles (tarifs sociaux, aide aux impayés...) sont beaucoup trop faibles. Elles n’allègent qu’une partie du public concerné et ne compensent pas les diverses augmentations subies par les familles les plus modestes", analyse-t-elle. "La période d’austérité budgétaire qui s’annonce ne peut affaiblir davantage les ménages touchés par la pauvreté ou la précarité", estime-t-elle.

Les affiches diffusées jusqu'à la mi-décembre dans toute la France montrent deux personnes âgées dans leur appartement aux murs défraîchis, dans les bras l'une de l'autre, enroulées dans une couverture, ou une femme et son fils dans un lit, sous les couvertures. "Ils s'aiment mais ce n'est pas ce qui les rapproche. Huit millions de personnes souffrent du froid parce qu'elles n'ont pas les moyens de chauffer leur logement. Agissons !", peut-on lire au bas des affiches.

Spectaculaire lancement, jeudi, à Paris, de la campagne hivernale de la Fondation Abbé-Pierre : deux militants ont passé toute la journée dans un appartement de trois mètres sur quatre, avec des trous béants à la place des fenêtres, reconstitué devant la fontaine des Innocents. Leur but ? Sensibiliser l’opinion à la précarité énergétique dont souffrent 8 millions de personnes, dans 3,7 millions de logements qualifiés de « passoires énergétiques ».

 

Place broglie Manifestation de travailleurs sociaux

Le « scandale » du plan hivernal

Une soixantaine de travailleurs sociaux ont manifesté hier, place Broglie, pour dénoncer les conditions du plan hivernal à Strasbourg.

Soumis à des restrictions budgétaires, le plan hivernal mis en place par l’Etat à Strasbourg suscite la colère de ceux qui travaillent au contact des personnes sans abri. A l’appel des syndicats FO et CNT, ils sont venus témoigner hier, sur les marches de l’opéra, face au marché de Noël. Leur mot d’ordre : « Non à l’Etat meurtrier, chaque vie compte ».

« Un hébergement en appartement est prévu pour environ 90 familles durant toute la campagne hivernale, en remplacement de la coûteuse réservation de chambres d’hôtel. Par contre, il n’y a quasiment aucune place supplémentaire pour les isolés, mis à part l’ajout de 30 matelas jetés sur le sol dans un accueil de jour ouvert la nuit », dénoncent les manifestants.

Conséquence de cette pénurie de lits : « Plusieurs centaines de personnes, à Strasbourg, dorment à la rue. Elles sont résignées et n’appellent plus le 115. » Les travailleurs sociaux mobilisés exigent la mise en place d’un système d’hébergement d’urgence « inconditionnel et à durée illimitée ». DNA du 10 décembre 2011

Publié dans Solidarité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article