Hommage à Serge FISCHER

Publié le par PCF 67

Serge Fischer 0001

 

Le 8 mai 2011, jour anniversaire de la fin du nazisme, notre camarade Serge Fischer  a eu les honneurs de la Nation et une plaque a été dévoilée à cette occasion.

 

Serge Fischer (1907-1976) était résistant, déporté à Buchenwald et  conservateur de la bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg,

 

Le Parti Communsite Français était fier de le compter parmi ses membres.


Nous regrettons la petite opération politicienne du Préfet qui n'a pas invité le PCF à la cérémonie. Nulle mention de son appartenance au parti n'a été faite dans le compe-rendu des DNA du lendemain.

 

Nous publions des extraits du livret édité par la BNU à cette effet 

(Serge Fischer- cliquez ici)

ainsi que la lettre de protestation de notre fédération auprès du préfet.

 

 

"Monsieur le Préfet,

 

C’est avec stupéfaction que nous avons découvert, dans l’édition du 9 mai 2011 des Dernières Nouvelles d’Alsace, un article évoquant une cérémonie officielle organisée en l’honneur des « combattants de la liberté », avec un hommage particulier rendu à Serge Fischer. Si nous nous félicitons que la République rende un hommage aux résistants, nous déplorons que le Parti Communiste Français n’ait pas été invité à cette cérémonie et à l’inauguration de la plaque rendant hommage à l’action de Serge Fischer.

 

Résistant communiste, déporté et torturé à Buchenwald, Serge fit partie de cette génération de « combattants pour la liberté » qui ont payé de leur chair le prix de leur engagement pour la libération de notre nation.

 

Militant actif du PCF avec sa femme Paulette, Serge Fischer a combattu la barbarie nazie, il était animé par les valeurs portées par son parti pour la libération nationale et sociale de notre patrie.

 

Alors pourquoi le Parti Communiste Français, « le Parti des 75 000 fusillés et déportés », celui de René Birr, de Georges Wodli et de Marcel Rosenblatt, n’a pas été invité à un tel hommage ? Se permettre un tel « oubli » lors d’une cérémonie en l’honneur d’un de nos camarades, qui s’est battu et sacrifié pour que vive la France, n’honore pas la République.

 

Monsieur le Préfet, nous déplorons profondément que le Parti Communiste Français n’ait pas été associé à cette cérémonie. En cette période où « la bête immonde rôde », où les orientations du Président de la République et du gouvernement lui tissent un lit dangereux en liquidant les acquis sociaux issus du Conseil National de la Résistance, attisant racisme et xénophobie, le combat mené Serge Fischer pour que la France retrouve ses valeurs fondatrices de Liberté, d’Egalité et de Fraternité, est plus que jamais d’actualité.

 

Je vous prie de croire, Monsieur le Préfet, en l'assurance de mes respectueuses salutations.

 

Béatrice LEJARRE Secrétaire départementale"

Publié dans Notre histoire

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article