AMCOR Sélestat : soutien des salariés en grève par le Front de Gauche.

Publié le par PCF 67

 

Dimanche, 04 Mars 2012

 http://vienne.soutiens.frontdegauche.eu/images/stories/alsace/67.ariane%20henry%20n28.jpg

 

De très bons résultats pour l’entreprise AMCOR en 2011, des bénéfices jamais égalés…mais des propositions indécentes d’augmentation des salaires pour les travailleurs qui voient le résultat de leur travail partir dans les poches des actionnaires.

Les salariés se sentent insultés par la direction. Une banderole, aux portes de l’usine, résume leur état d’esprit « Les dividendes pour eux, le chômage pour nous ». Un syndicaliste expliquait la dégradation des conditions de travail, les rythmes difficiles et un management inhumain, l’absence de dialogue social : « Il y a 30 ans, les jeunes espéraient tous être embauchés à l’Alsacienne d’Aluminium (AMCOR), ça représentait un emploi d’avenir, stable avec des augmentations régulières, maintenant, ça ne représente plus rien… ».Résignation ? certainement pas. Le mouvement se durcit et se prépare sur d’autres sites de la filiale.

 

http://www.lalsace.fr/fr/images/922C8CC2-FC4B-4C32-90D6-9D20862E0E39/ALS_01/tensions-chez-amcor.jpg

Des militants du Front de Gauche, dont la candidate pour les législatives, Ariane HENRY, se sont rendus vendredi soir à AMCOR pour apporter leur soutien à ces travailleurs en lutte. Cette situation reflète malheureusement la dure réalité de beaucoup d’ouvriers et salariés de la région et du pays qui travaillent dans des entreprises prospères, avec des carnets de commande pleins, mais dont les directions méprisent leur force de production.

Le Front de Gauche s’engage à développer et rétablir le potentiel industriel de la France, à lutter contre le chômage ouvrier et à reconstruire un tissu industriel diversifié. Cette nouvelle façon d’entreprendre et de produire mènera à un nouveau type de croissance, plus humaine, sociale et écologique.

Actuellement, ce gâchis absolu n'a qu'une cause : la recherche égoïste du profit maximum de la part d'actionnaires qui n'ont que mépris pour les hommes et les femmes salariés pourtant à l'origine de la bonne santé de cet outil de production. Le Front de Gauche soutient les personnels en lutte et demande qu'ils soient mis avec leur outil de production sous la protection des pouvoirs publics. La baisse du pouvoir d’achat, les licenciements boursiers, ça suffit !

Nous espérons une autre majorité au Parlement, en juin prochain, pour voter des textes empêchant les licenciements boursiers, et pour ce faire, le seul vote est celui du Front de Gauche.

Publié dans Luttes sociales

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article